Etre féministe et être fan de séries TV : non, le sexisme n'est pas négociable.

Rha ces féministes fan de pop culture, elles cherchent vraiment la petite bête. Salut à toi lecteur/lectrice de passage  ! Aujourd’hui on va parler d’un de mes média favoris  : les séries télés. Je regarde des séries télés depuis quelques années mais avec un œil critique et féministe depuis deux ans environ et… malheureusement, certaines personnes n’aiment vraiment pas que vous soyez féministe et portiez un œil critique sur ce qui est considéré comme «  juste une série  ». Je pourrais parler durant des heures de Buffy, True Blood, Supernatural, Grimes, BattleStar Galactica, Docteur Who, Sherlock Holmes et tous leurs joyeux camarades qui sont sur mon PC, emplissent ma tête, mon cœur et mon tumblr. Mais je voudrais plutôt parler de ce que c’est d’être une féministe fan de pop culture.
Parce que les séries TV sont un média vu comme un «  loisir » pour «  divertir  » et que je les analyse tout en les appréciant (ou non), la société n’aime pas trop ça (et parfois mes amis-es qui en ont marre que je leur parle de Buffy pour la 150e fois dans la journée mais ça c’est un autre sujet). Je suis confrontée aux mêmes remarques incessantes sur cette passion vue à travers un œil militant, que cela soit sur internet ou dans la vie de tous les jours. J’ai donc décidé d’y répliquer une bonne fois pour toutes, étant donné que j’aime les séries et que je suis féministe, en espérant également que cet article parle à des amis-es militants-es et fan de pop culture. Nous verrons vite que certains arguments contre une analyse critique des séries sont aussi utilisés pour des jeux vidéos, des films, des comics etc.
Je ne m’attarderai pas sur le fond de chaque série, je m’en sers uniquement à titre d’exemple.

Bref, décryptons un peu les ressorts de cet argumentaire un brin classiques :

1 -L’argument « c’est l’histoire qui veut ça »  :(lorsque que vous êtes confronté-e à un storyline sexiste, discriminant et prétextant fond socio historique)

C’est probablement l’argument que je déteste le plus. J’ai regardé le mois dernier une série qui s’appelle Copper . Outre le fait qu’elle ne soit pas très originale, Copper est bourrée de prostituées, de femmes qu’on viole, agresse, de slut-shaming. (Un article en anglais relate très bien le problème ici). Bref, les femmes ne sont pas vraiment actives dans toute cette série mais plutôt victimes des hommes, de la violence masculine et d’une violence sexiste. Le problème dans ce genre de série sur fond historique, c’est qu’on ne peut PAS se cacher sur « c’est l’époque qui veut ça ». Déjà parce que c’est souvent faux et que c’est soit de la paresse intellectuelle soit un vrai mépris pour l’histoire des femmes et du genre. Vous trouverez en librairie, sur amazone et même sur internet des références sur les femmes comme actives dans l’histoire et non juste « victime de ». De plus, si vous partez du principe que dans une série sur « fond historique » comme Copper, Ripper Street ou Downton Abbey, vous êtes avant tout dans la fiction, vous êtes alors vraiment libre d’écrire ce que vous voulez. Vous ne pouvez donc pas vous cacher derrière l’argument « c’est l’histoire qui veut ça » quand c’est juste de la paresse voir parfois une vision caricatural de l’Histoire. Ou assumez alors que c’est une histoire uniquement du point de vue hétéro blanc masculin et cis genre et rien d’autre.
Une série comme Game of Thrones se produisant dans un monde médiéval fantastique propose différentes représentations de femmes (et d’hommes) et personne n’y trouve à redire (même si la série n’est pas parfaite sur certains points). Une série comme Mad Men arrive elle aussi très bien à dénoncer le sexisme tout en s’imposant comme une série dramatique de qualité. En tant que fan de séries, nous attendons donc beaucoup mieux qu’une soit disant forme de simplicité historique souvent fausse.

2 -L’argument « c’est du divertissement /C’est juste une série » « tu te prends la tête » :

Depuis quand le divertissement ne peut-il être réfléchi ? Depuis quand ce qui est de l’ordre du divertissement doit-il nous prendre pour des idiots-es en partant du principe que le spectateur – la spectatrice est forcément quelqu’un de moindre qui n’a pas envie de réfléchir   ?

Pourtant ne pourrait-on pas réfléchir face à ce qui nous divertit ? De nombreux exemples nous prouvent que cet écueil peut être évité, sans jamais remettre en cause les qualités (scénaristique, visuelle, etc.) de la série. True Blood traite parfaitement bien du sort des personnes discriminées / minoritaires dans la société. Downton Abbey arrive très bien à nous montrer les prémisses d’un féminisme et d’un empowerment féminin dans un milieu noble et patriarcale. Les séries (au même titre que l’humour) ne sont pas en «  dehors  » de la société  : ce n’est pas parce qu’on nous les propose que nous devons les prendre comme tels. Si en tant que fan, nous contestons certains aspects d’une série, c’est justement parce que nous attendons de ce qui nous divertit quelque chose de beaucoup mieux, quelque chose de qualité, quelque chose qui peut divertir et militer et il n’est nul besoin de mettre en gros le terme «  féminisme  » sur une série pour qu’elle le soit. Buffy, qui est une de mes série préférées y arrive parfaitement et a justement eu un impact considérable sur le public, notamment du fait de son féminisme .

Ce qui nous divertit semble être pour beaucoup de gens «  juste» un divertissement. Mais alors pourquoi y a-t-il des études culturelles, des thèses sur ces séries télés, leurs réceptions, leurs intentions, leurs publics ? Pourquoi existe-il tant de blogs sur les séries, des fandoms féministes de lecteurs-trices de ce type de média qui les regardent avec un œil critique ? Lorsque je me divertis, je n’attends pas à ce qu’on me lave le cerveau mais à ce qu’on me donne aussi quelque chose de qualité. Et on peut parfaitement faire passer des idées progressistes, des situations intéressantes et de bons personnages dans des séries télés. Je ne pose pas mon cerveau pendant que je me divertis.

3-L’argument «  tu vois du sexisme là où il n’y en a pas  »

Vous avez remarqué  : les gens n’aiment vraiment pas qu’on dénonce le sexisme dans la société mais encore moins dans ce qu’ils considèrent comme un simple divertissement. Le problème quand on est féministe, c’est qu’on le voit. Et on le voit parce qu’il est là, parce qu’on le vit et qu’on le retrouve dans ce qu’on aime. On le voit peut-être aussi parce qu’on est une femme / une personne LGBTIQ / une personne non blanche / concernée par le sexisme, le racisme, l’homophobie et les discriminations. Donc non, on «  s’invente pas  » une discrimination, on ne se «  victimise pas  »  : on le voit parce qu’il est réellement présent dans notre univers et parce qu’il fait partie de notre quotidien. J’ai personnellement arrêté de regarder How I Met Your Mother par exemple car c’est une série qui condensait beaucoup trop de violences discriminantes à mes yeux  ; violences que je peux voir car je suis concernée par ce sexisme et j’estime que ma parole a aussi son importance dans ce que je regarde.

4-L’argument « c’est de l’humour »:

Oui alors on a déjà parlé de ça plusieurs fois mais je vous invite chaudement à lire ces deux articles ici et ici du sociologue Denis Colombi qui résume beaucoup mieux que moi ce qu’est l’humour. On peut faire du très bon humour. L’humour, ce n’est pas un truc vide de sens, né de nulle part. C’est toi, moi, nous et vous qui faisons l’humour comme la société.

5-L’argument « il y a une femme forte donc arrête de râler, ça suffit à ce que ça te convienne ».

Tss, non. J’aime beaucoup Buffy. comme je viens de le dire, et j’entends régulièrement cet argument à propos de cette série. Mais si Buffy est une série complètement géniale, ce n’est pas JUSTE parce qu’il y a une femme « forte  ». D’ailleurs faire une femme « forte » ne suffit pas franchement à faire une bonne série, sinon Predators 3 (dans le registre du cinéma) serait un excellent film parce qu’il y a une femme noire un peu bad ass. Non, ce qui fait le succès d’une série comme Buffy, c’est la qualité, le tout, c’est une diversité de représentations féminines (et masculines), un scénario génial, un message à plusieurs lectures et pour beaucoup de personnes différentes (que vous soyez militants-es ou non). Donc non, je ne suis pas satisfaite quand il n’y a un personnage féminin « fort » et quand ce personnage a été juste placé pour que je ferme mon bec de féministe. Ça ne me suffit pas vu que je veux une œuvre de qualité autrement qu’en me donnant une femme en pensant que cela puisse me satisfaire, me faire taire. Si la « femme forte » est juste un faire-valoir pour ne pas être taxé de sexiste, ça ne suffit pas franchement.

6-L’argument « c’est pour dénoncer le sexisme ».

Haaaaa cet argument. Une pépite. Pour dénoncer quelque chose, il faut avoir du recul. Pour dénoncer quelque chose via l’humour, il faut se moquer de la discrimination, du sexisme, racisme, de l’homophobie et non de la personne qui est victime de discrimination. Une série comme Mad Men (à nouveau) arrive très bien à montrer un climat social de sexisme tout en le dénonçant, en articulant les relations de pouvoirs entre personnes discriminées ou discriminantes. Sur un autre registre, Game of Thrones y arrive plus ou moins sur certains aspects mais y échoue en surchargeant le tout de prostituées et de scènes de sexe sans autre intérêt que d’attirer le male gaze (chose que le livre fait beaucoup moins). Je ne suis pas certaine que Supernatural dénonce le sexisme lorsque son protagoniste principal, Dean Winchester, s’amuse à harceler tout ce qui bouge et fait une blague machist eà chaque femme qui passe étant donné qu’on éprouve beaucoup plus de sympathie pour le héros que les femmes selon l’angle de la caméra. En revanche, Buffy y arrive très bien lorsque Joss Whedon fait dire à Willow qu’elle préfère avoir le droit de vote qu’une époque patriarcale où les femmes étaient uniquement reléguées au rang de princesse et d’objet de désir.

7 -L’argument « ce n’est pas une histoire vraie donc c’est pas grave »:

Si ce n’est pas une histoire vraie, c’est donc une fiction ? Si c’est une fiction, pourquoi ne pas laisser libre cours à son imagination ? On en revient au point 1. (A propos d’une série très bonne sur les rôles de genre et la diversité ethnique et sexuelle, je ne peux que vous conseiller la série Real Humans… qui est une excellente fiction pour le coup.) Pourquoi se satisfaire de médiocre quand, justement, le recours à la fiction permettrait d’aller de l’avant  ? Arrêtez cinq minutes de prendre les spectatrices féministes de séries TV pour des idiotes.

8-L’argument « Ben oui du coup l’univers est plus réaliste »

Cet argument pourrait parfaitement rejoindre l’argument numéro 1 mais il se distingue car il mêle à la fois vrai et faux. Nous savons parfaitement que la société est pleine de discriminations et de violences et pas juste envers les femmes. A partir de là, on peut très bien vouloir dépeindre un monde rempli de ces caractéristiques mais encore faut-il s’en éloigner. Si vous êtes dans le cas de Mad Men, on se situe proche d’une réalité, d’une époque où des femmes tentaient d’avoir du pouvoir par le peu de moyens que lui offrait le patriarcat. Nous savons parfaitement que l’Histoire, même si elle présente pléthore de femmes indépendantes, fortes, différentes, courageuses a aussi fait de nous des victimes et nous le sommes toujours étant donné que nous sommes dans un système patriarcal. Sauf qu’en tant que féministes, nous sommes pour une utopie radicale. Nous considérons que nous pouvons aussi avoir notre mot à dire sur ce qui est de l’ordre de la fiction étant donné que nombres de femmes sont actrices, réalisatrices même si beaucoup plus invisibilisées que les hommes. A partir de là, nous sommes à la fois actrices de ces médias par leur réalisation et par le fait d’en être spectatrice / fan. J’estime donc avoir mon mot à dire sur ce que je regarde. Parce que je ne vois pas ce qu’il y a de réaliste dans une série qui parle de vampires qui boivent du True Blood ou qui harcèlent des jeunes femmes, où la magie opère, avec des loups garous qui s’entre déchirent, avec une entreprise de publicitaire créée de toute pièces ou basée sur la légende de Jack L’éventreur.

La vérité, c’est que les scénaristes tirent du réel ce qui les arrange, partant du principe que le public est bête et qu’il n’a pas besoin qu’on le fasse réfléchie… ou pire, que ce qu’ils gardent du réel (mécanismes sexiste, raciste…) n’a pas lieu d’être remis en question « puisque c’est comme ça ». C’est non seulement me et nous mépriser, mais c’est aussi se fourvoyer sur la « réalité ». Parce que si nous sommes plusieurs, beaucoup, nombreux-ses à contester une forme de réalité que nous voyons dans une série, c’est aussi que nous en attendons beaucoup, beaucoup mieux que cette paresse facile.

9 -L’argument « C’est pas parce que je regarde cette série que j’ai tué / violé quelqu’un-e  ! ».

Personne n’a dit ça et certainement pas moi. Parce que, comprenez bien, même en tant que féministe, nous pouvons adorer des séries imparfaites. Je suis fan de Supernatural et je connais quelques fans féministes de Supernatural alors que le niveau de sexisme et de machisme du personnage principal est incroyable. On ne vous dit pas que vous êtes un monstre parce que vous appréciez une série imparfaite ou emplie de discriminations, on vous donne juste un message. Etre féministe, c’est laisser ce petit message sur votre répondeur  : hey, j’ai vu ça dans cette série et c’est vraiment pas cool, voilà, tu en fais ce que tu veux. Évidemment, nous souhaitons vous sensibiliser et si vous avez l’impression d’être oppressée de femmes qui pestent contre les discriminations dans les séries, c’est peut-être aussi parce qu’internet nous offre une tribune et que nous voulons aussi occuper ce lieu de pouvoir et montrer que nous avons quelque chose à dire. Nous aimerions être écoutées. Personne ne vous force à apprécier ou détester telle série. Mais vous devez avoir à l’esprit que beaucoup de gens ne voient pas forcément ce que nous voyons et nous pensons avoir une influence sur la société, les médias de divertissement, l’éducation et les rapports entre hommes – femmes, noirs-es – blanchs-es, hétéros -homo, cis genre ou transgenre. Les séries sont un média de masse et c’est sous-estimer leur portée (bonne ou négative) que de penser qu’elles n’ont aucun impact – même minime – sur leurs spectateurs-rices.

10 -L’argument « t’as qu’à regarder autre chose »  :

Et pourquoi je devrais regarder autre chose ? Si je conteste cette série, c’est aussi comme je viens de le dire, parce que je pense qu’elle a une influence sur le public et que cette influence peut être bonne ou mauvaise. Si j’ai une analyse critique également, c’est que j’aime peut être cette série en dehors de ce sexisme (Supernatural mon amour) et donc j’en attends tellement mieux. Parce que je pense qu’il existe de très bonnes séries en dehors du sexisme, du racisme, d’homophobie mais que ces discriminations viennent pourrir toute l’histoire. Alors non, je ne regarderai pas « autre chose » pour faire plaisir à la société parce que je ne veux pas me taire sur ce qui ne me convient pas. Parce que la société me demande de m’exclure sciemment, parce que mon message dérange alors que c’est cette même société qui devrait peut-être aussi se remettre en question sur le sexisme dans ce qu’elle nous propose et qu’elle estime de qualité.

J’aime les séries pour tout un tas de raisons et j’y reviendrai certainement dans un autre article en parlant notamment de Buffy. Et c’est justement parce que je les aime que je les voudrais meilleures, que je pense qu’elles ont quelque chose à me dire.
Cet article est écrit de mon point de vue : soit celui d’une femme blanche cis genre et queer, mais vous pouvez trouver tout un tas d’analyses sur internet de personnes non blanche, non cis genre et se sentant mal représentées dans une série alors que fan de cette – ces dernières. Tumblr est une mine d’or de fandoms, de créations, d’écrits de jeunes militants-es. Cet article veut aussi vous montrer que ce n’est pas parce des séries sont emplies de préjugés, de sexisme, de choses discriminantes qu’elles sont forcément mauvaises ou que vous ne devez pas les regarder. Gardons juste un œil sur ce que nous apprécions. Il est important de dénoncer mais il est aussi important de se réjouir en tant que fan de la place que prends un média dans notre vie et c’est pour cela que nous parlerons de Buffy dans un prochain article.